Canva-cover

5 raisons d’aimer Canva

« Je ne peins pas ce que je vois, je peins ce que je pense » – Pablo Picasso.

Je ne suis pas designer.

Pourtant, pour les besoins illustratifs de ce blog, j’ai entamé un long pèlerinage d’auto-formation à l’artillerie lourde du designer que sont Photoshop et Illustrator.

Déjà qu’il n’est pas simple d’apprendre seul, ce petit malin de Photoshop n’aide pas trop la chose. Je ne sais pas si vous avez remarqué, la bête propose au moins quinze options… de flou!

La plaisanterie n’avait que trop duré. Perdu dans mes calques, j’étais résigné à tout abandonner et écrire du texte brut sans image, sans vie. (Désolé, cher lecteur)

C’est alors, qu’un gentil designer (du nom de Pierre Cœur de Lion) vint à ma rencontre avec un outil en ligne du doux nom de Canva (Canva est disponible à cette adresse). Il tint à peu près ce langage : »Quoi?! Tu connais pas Canva?! ».

« Ben non ».

1 mois plus tard, j’en suis complètement fan. Voici pourquoi:

1. C’est gratuit (ou presque)

Par rapport aux logiciels professionnels, Canva a le gros avantage d’être disponible à un prix très abordable. Et quand je dis très abordable, c’est très abordable. Le site web fonctionne selon un modèle freemium très éloigné -si je fais une analogie avec les jeux en ligne- d’un modèle pay-to-win.

Canva Business Model - WebEater

Car Canva propose une base gratuite de fonctionnalités amplement suffisante pour répondre à 90% des besoins de création d’un non-designer. De plus, la profusion des ressources gratuites (en ligne ou sur Canva) en termes d’images ou d’icônes constitue une alternative viable aux éléments payants de Canva.

Enfin, si un élément payant semble incroyablement indispensable, il est toujours possible de se le procurer pour la modique somme d’1$. Attention, cet achat n’est valable que pour un seul design et le paiement se fait à la publication.

2. Les templates sont en parfaite adéquation avec mes besoins

Canva Templates - WebEater

Canva a été conçu pour le web et les réseaux sociaux. J’en profite, c’est exactement ce qu’il me faut.

Aujourdhui, chaque réseau social a ses normes en termes de taille d’images idéales pour les publications. Pas simple de s’y retrouver et encore moins simple de retrouver à chaque fois les dimensions sur Photoshop.

Canva règle le problème de dimensions à sa source en proposant des templates très pertinents. Avant de commencer la création, l’utilisateur choisit le format de l’image à créer. En particulier, il est très simple de créer une image à destination de Twitter ou Facebook.

Si toutefois la taille n’entre pas dans un des gabarits (comme mes images de couvertures), il est tout à fait possible de spécifier les dimensions de l’image.

3. Canva est très simple à utiliser

Canva Menu- WebEater

L’outil fonctionne avec un principe de drag and drop super simple à utiliser. Dans le menu de gauche un large choix d’éléments graphiques s’offre à l’utilisateur selon cinq catégories :

  • Les images et icônes (section Search)
  • Les layouts
  • Les textes
  • Les fonds
  • Les téléchargements de l’utilisateur

Pour importer ses propres fichiers dans Canva, il suffit de les glisser dans la fenêtre. Pour les icônes, je vous conseille d’utiliser des images vectorielles en .svg (j’aurais au moins retenu quelque chose de ma mini formation au design). Ce format ne perd pas sa qualité après manipulation (rétrécissement ou agrandissement).

4. Canva rend magnifique n’importe quelle création

Canva Examples- WebEater

A ma première utilisation d’Instagram, je me suis dit : « C’est marrant, quel que soit la photo que je poste sur Instagram, cela donne toujours quelque chose de joli. »

Pour Canva, c’est la même chose. Après un petit peu de pratique, on arrive TOUJOURS à s’en sortir avec une belle création. Tout ce que demande Canva c’est du bon sens et du bon goût :-).

5. L’export est simple comme bonjour

Canva Export- WebEater

Le parcours client de Canva a vraiment été pensé pour les gens qui veulent créer quelque chose de sympa le plus rapidement et simplement possible.

L’export final est à l’image de ce parcours client. Aucune option n’est proposée. Le template étant fixé dès le début, un clic suffit à télécharger l’image ou les images. Simple et efficace.

6. Bonus: Via son blog, Canva distille des conseils précieux

Canva Export- WebEater

Faire du design, ça ne s’invente pas. Pour aider les débutants, Canva a mis en place un programme « Canva Designer School » qui n’est ni plus ni moins qu’un blog agrémenté de petits travaux pratiques.

Canva donne beaucoup de conseils de valeur inestimable pour quelqu’un qui débute. J’ai appris par exemple comment mixer les polices pour obtenir des résultats qui attirent l’œil.

Si vous cherchez l’inspiration, n’hésitez pas à jeter un œil aux autres créations via le menu Stream tout en haut :
Canva Stream- WebEater

Ai-je abandonné les logiciels d’Adobe pour autant?

Je n’ai pas complètement abandonné les logiciels de design d’Adobe. J’utilise Illustrator en amont de Canva pour colorer mes icônes ou créer mes propres icônes et Photoshop pour faire des montages de photo (découpage, assemblage…).

Fred

Suivez WebEater sur Facebook et Twitter pour ne pas rater l'actu du blog.

2 réponses à “5 raisons d’aimer Canva

Laissez-moi un petit commentaire :)

%d blogueurs aiment cette page :