Illustration du service Uber.com

Application de voiture privée : les erreurs que nous commettons tous

A une heure avancée de la nuit où les rames de métro ont quitté les quais, où l’utilisation du Velib’ est proscrite (certains ont essayé…) et où il faut quand même rentrer chez soi, le réflexe « application de voiture privée » est de plus en plus en vogue. Il est vrai qu’avec des arguments chocs comme « Pas cher et en plus les bouteilles d’eau sont offertes », il devient de plus en plus difficile de s’en passer (et cela même si la guerre fait toujours rage entre taxi et VTC).

Alors, j’ai remarqué qu’il y a quelques erreurs récurrentes que nous commettons lorsque nous utilisons ces applications. Et j’ai trouvé bon d’en parler dans ces moments de trouble :

1) Ne pas anticiper la charge de la batterie. Un classique.

Un téléphone, c’est comme un tamagotchi. Si on ne le nourrit pas, il meurt. Un mobile est un tamagotchi qui a tout le temps faim. Alors, à cette heure avancée de la nuit et après 100 messages What’s App, 200 mails lus, 50 notifications Facebook, 10 vies à Candy Crush et 30 parties de 2048, le smartphone devient aussi utile qu’un porte-clé (joli et encombrant).
Et comme il reste toujours assez de batterie pour commander la voiture mais jamais assez pour réceptionner l’appel du chauffeur, bien souvent, c’est le drame. Et bien sûr, dans ces cas-là, tous les téléphones avec un brin d’intelligence sont dans la même situation : morts. Et il ne reste plus qu’à espérer que la commande ait bien été validée et que le chauffeur vous trouvera sans encombre.
Notez qu’il vous sera facturé entre 15 et 20€ si vos chemins ne se croisent pas.

2) Faire confiance à la géolocalistion ou donner une adresse très approximative

L'avenue des Champs-Élysées
L’avenue des Champs-Élysées mesure environ 1,9 km.

Oui, Paris (par exemple) compte 200 rues de plus d’1 km . Et comment voulez-vous que le chauffeur vous retrouve si vous êtes à « Avenue des Champs-Elysées » ou « Rue Oberkampf »?

Et si, en plus, vous n’avez pas de batterie, à moins d’un miracle, vous pouvez dire adieu à votre voiture privée. La sanction sera identique à la précédente, si le chauffeur vous attend, un surcoût pourra vous être facturé.

3) Penser que le gentil chauffeur ramènera tous les copains chez eux

Il vous ouvre la porte, il est souriant et il ramènera tout le monde au chaud mais comme « business is business », votre carte bleue fera les frais des divers détours empruntés par votre voiture personnelle.

4) Se moquer des gens qui se sont pris en photo sur l’iPad

Vous ferez les mêmes têtes dans 5 min… Edit : Cette dernière erreur n’est valable que pour Le Cab. Entre temps, j’ai pris également Uber où l’Ipad est remplacé par des bouteilles d’eau et bonbons gracieusement offerts.

Alors comment utilisez-vous ces fameuses application de voiture privée?

Fred

Suivez WebEater sur Facebook et Twitter pour ne pas rater l'actu du blog.

Laissez-moi un petit commentaire :)

%d blogueurs aiment cette page :